La Floride et les réseaux sociaux

Pour mettre en place une régulation démocratique des processus techniques utilisés par les plateformes, il faut des lois souples qui accordent aux régulateurs publics une capacité d’évaluer les enjeux que posent les dispositifs connectés. Parmi les approches possibles, il y a la mise en place d’un organisme doté de pouvoirs afin d’exiger des informations sur les logiques de fonctionnement des algorithmes. Certains auteurs évoquent même l’idée que les processus fondés sur les algorithmes et l’IA impliquent des enjeux si complexes qu’ils devraient faire l’objet d’un encadrement similaire à ceux d’autres objets complexes, comme les médicaments.

Les frustrations des politiciens exclus d’une plateforme ne sont qu’un aspect des enjeux associés au statut et aux responsabilités des réseaux sociaux. Il faut doter ces espaces virtuels publics d’un encadrement protégeant les libertés expressives et les autres droits de tous les citoyens. La loi de Floride est une réponse vraiment trop rudimentaire pour des enjeux aussi fondamentaux.

Ce contenu a été mis à jour le 06/01/2021 à 10:07 .