Les données massives sont-elles une ressource collective ?


Amphi orange 5502.1

 

Les données, en tant que traces d’activité dans le monde connecté, sont l’un des principaux intrants des activités génératrices de valeur dans le monde en réseau. Lorsque les données sont utilisées pour mesurer des phénomènes de masse ou alimenter des processus analytiques, il paraît absurde de ne considérer que leurs relations avec les individus. Les données sont alors de ressources ayant un caractère collectif. Pour cette raison, elles doivent être réglementées en fonction des droits et obligations concernés par les activités de création de valeur qu’elles rendent possibles. La capacité des autorités des États à réguler les activités de la société dite du capitalisme de surveillance est en partie conditionnée par le statut juridique des ressources utilisées dans les processus de création de valeur. Reconnaître le caractère collectif de la ressource collective que constituent les données massives paraît constituer une condition d’une régulation démocratique.

L’ensemble des encadrements juridiques qui pourraient être envisagés au sujet des processus fondés en tout ou en partie sur l’Intelligence artificielle vont nécessairement porter sur les intrants utilisés afin de générer des résultats.  Les capacités de mettre en oeuvre des obligations légales afin d’assrer des comportements conformes aux principes éthiques sont tributaires des concepts juridiques. En somme, pour faire des lois, il faut nommer ce qui est objet de droits et d’obligations.  Cette conférence explore l’hypothèse de considérer les données massives comme une ressource à caractère collectif.

Voir aussi: https://nouvelles.umontreal.ca/article/2022/03/21/l-udem-accueillera-le-congres-mondial-timeworld-sur-l-intelligence-artificielle/?utm_source=UdeMNouvelles&utm_campaign=9b2ec3a0e1-La_quotidienne_20220322&utm_medium=email&utm_term=0_5cf28dd13d-9b2ec3a0e1-300758253&ct=t(La_quotidienne_20220322)

Ce contenu a été mis à jour le 05/09/2022 à 9:44 .