Oublier ou se souvenir?

Dans le débat public, il est inévitable que le passé serve à alimenter l’argumentaire des adversaires d’une personnalité publique. Et la loi n’oblige pas non plus à tenir compte du contexte dans lequel ont pu se dérouler ces événements ; elle commande plutôt de se demander s’il y a un motif d’intérêt public à ramener au présent les faits d’autrefois.

(…)

Cette impossibilité de cacher le passé garantit une transparence au débat public. Mais ne s’accompagne-t-elle pas de l’impératif de prendre du recul ? Car se prononcer sur des événements remontant à plusieurs décennies comme s’ils se déroulaient aujourd’hui est une entreprise très périlleuse : ils se déroulent dans des circonstances très différentes.

Ce contenu a été mis à jour le 09/02/2021 à 10:13 .